[#CLEANTECH#MOBILITY]

Début 2016, la Mission French Tech et la Direction Générale des Entreprises au Ministère de l’Économie ont impulsé la structuration « Réseaux Thématiques ». Ainsi, Lyon French Tech est devenue membre des Réseaux #FoodTech, #CleanTech #Mobility, #HealthTech, #IoT #Manufactory et #EdTech #Entertainment. Ceux-ci ont pour objectif d’encourager une dynamique sectorielle, en tenant compte des spécificités de chaque thématique. Zoom sur le Réseau Thématique #CleanTech#Mobility, porté par le Tuba, Axelera et FrenchCleanTech, avec le portrait de Léthicia Rancurel.

Léthicia Rancurel, référente du Réseau Thématique #CleanTech#Mobility à Lyon et Secrétaire Nationale

Lyon French Tech (LFT) : Madame Rancurel, quelques mots pour vous présenter ?

Léthicia Rancurel : Je suis Directrice de l’Association Lyon Urban Data depuis 2013, qui opère le lieu d’innovation et d’expérimentation dédié à la SmartCity, le Tuba. Issue d’un parcours universitaire en sciences de l’Université Paris-Saclay, finalisé par une thèse CIFRE chez Saint-Gobain, j’ai poursuivi ma carrière dans l’industrie en restant très proche du monde de la recherche académique. À l’issue de mon doctorat, j’ai passé un an au sein de l’Université de Californie à Santa Barbara (UCSB) pour acquérir des compétences plus spécifiques. Quelques années plus tard, j’ai obtenu un master en Marketing stratégique international. C’est à ce moment-là que j’ai intégré une équipe interdisciplinaire dans le service Stratégie du groupe, pour évaluer les marchés émergents et les technologies/matériaux à y développer. Préfiguration de l’Open Innovation, nous repérions aussi les start-up à fort potentiel sur ces marchés.

La CleanTech à Lyon : une filière d’excellence

LFT : D’ailleurs, en quoi diriez-vous que la thématique #CleanTech#Mobility est importante à Lyon ?

Léthicia Rancurel : Tout d’abord, la CleanTech est une filière d’excellence à Lyon. C’est un territoire où il y a énormément d’acteurs structurants sur ce domaine, que ce soit des laboratoires, des plateformes d’innovation comme Axel’One et Transpolis, des sites phares comme la Vallée de la Chimie ou encore le Campus LyonTech-la-Doua, avec de nombreux acteurs de la recherche fondamentale.
De son côté, la partie Mobility s’inscrit naturellement dans une démarche SmartCity. Pour la Métropole de Lyon par exemple, cela s’est traduit par la création du projet OptiMod, l’un des tout premier projet big data. Véritable projet multipartenarial, précurseur de ce que sont les projets innovants de la SmartCity, Optimod a inscrit la Métropole dans une démarche de développement durable, de mobilité, de transports intelligents, de planification énergétique. Ce sont tous ces sujets qui composent le Réseau Thématique #CleanTech#Mobility.

On peut observer à Lyon que ces deux filières se rejoignent dans la dynamique plus large de la SmartCity.
french-tech-cleantech

 

Nos objectifs se structurent autour des 3 missions de la dynamique French Tech

LFT : Concrètement, comment se structure cette dynamique ?

Léthicia Rancurel : La feuille de route du Réseau Thématique #CleanTech#Mobility a été construite avec l’apport des 16 structures nationales labellisées et a été enrichie à Paris le 20 avril par des entrepreneurs tels que les fondateurs de BlaBlaCar, Qualisteo, Evolution Energie, Ubitransport, Alert Gasoil et les fonds Demeter & Emertec.

Nos objectifs se structurent autour des 3 missions de la dynamique French Tech : fédérer, accélérer, rayonner. Pour chacun de ces axes, nous avons donc proposé plusieurs types actions en s’appuyant sur le dynamisme des Métropoles mais aussi des territoires. À commencer, bien sûr, par favoriser la rencontre et les échanges des acteurs de l’écosystème #CleanTech#Mobility, mais également à en structurer sa communication et favoriser le développement et l’émergence de nouveaux talents.
Exemples de startups

Léthicia Rancurel : Il y a aujourd’hui beaucoup de start-up qui s’intéressent à ces sujets. Cela s’explique notamment par le potentiel du marché des secteurs CleanTech et Mobilité ! La start-up lyonnaise emblématique aujourd’hui est bien sûr Navya mais l’objectif est de voir émerger d’autres belles pépites qui pourront bénéficier du Pass French Tech.

Il est important de souligner que la croissance d’entreprises dans ces filières #CleanTech#Mobility possède plusieurs spécificités. Tout d’abord, la nécessité d’avoir accès soit à des laboratoires pour des pré-séries notamment pour les CleanTech, soit à l’espace urbain pour les start-up de la Mobilité. Par ailleurs, l’accès au marché public innovant a quant à lui été très souligné par les entrepreneurs lors de la réunion au Ministère le 20 avril. Lyon French Tech propose des rencontres avec l’UGAP, je ne peux qu’encourager cette démarche, spécifiquement sur nos filières de la SmartCity. C’est en favorisant l’innovation sur nos territoires que nous pourrons généraliser les bonnes pratiques et ouvrir des marchés nationaux et internationaux à nos start-up !