Rahila Guy

Recruteuse IT au sein de la société HI’TECH qu’elle a créée

#ParcoursPersonnel

Rahila a évolué dans un cadre familial et scolaire multiculturel. Née au Niger avec une maman originaire du Nigéria, ainée de la famille, elle choisit d’abord de marcher sur les pas de son père juriste de formation et alors DRH chez Areva.

Après l’école française au Niger, elle fait du droit en faculté puis des RH en école de commerce. « Deux systèmes éducatifs très différents qui m’ont permis de m’ouvrir au monde, plus que je n’aurais pu l’imaginer ».  Puis elle trouve sa propre voie en découvrant par hasard l’univers de l’informatique en 2009.

Elle intègre alors l’entreprise Expectra lors d’un stage où elle est chargée de recrutement informatique. Mais c’est avant tout une histoire de rencontre avec Anne Charlotte DUPONT-HUIN, sa responsable de stage qui l’initie au monde de l’informatique et l’aide à explorer son potentiel. « Cela m’a permis de me révéler telle que je suis avec mon intellect, ma personnalité, mon naturel, canaliser mon énergie, me structurer en tant que personne. » Grâce aux recommandations d’Anne Charlotte,  elle obtient son premier poste de chargée de comptes informatique dans un cabinet de recrutement à Lyon qu’elle va occuper pendant 5 ans. Cette expérience sera déterminante. « J’ai pu découvrir l’immensité que représente le monde du numérique : les métiers, le matériel, les innovations, les projets, mais surtout les personnes » .

Elle ne quittera plus cet univers où le champ des possibles est infini avec une pluralité des métiers et moins de formatage dans le savoir-être…

 #ParcoursProfessionnel

Après cette première expérience très formatrice, elle poursuit ensuite pendant 2 ans comme chargée de recrutement en ESN où elle développe son autonomie et structure son organisation. En avril 2018, elle se lance dans sa propre aventure en en créant Hi’Tech, une entreprise spécialisée en recrutement et conseils  sur les problématiques emploi, conseil et orientation en formation et réinsertion IT.

« J’ai su que je souhaitais pleinement m’épanouir dans le recrutement informatique et accompagner des personnes dans leurs projets professionnels. Et c’est exactement ce que je fais depuis quelques mois pour mon client Projets et Performance . Des projets, des profils rares, des personnes de tous horizons, cela nourrit ma curiosité et m’aide à grandir humainement et professionnellement. J’ai la chance d’aimer mon travail !».

Elle espère pouvoir s’investir encore davantage dans les problématiques liées à l’emploi dans le secteur du numérique. Rahila est convaincue que les femmes ont leur contribution à apporter à cet univers à plusieurs égards.

« Au delà de la diversité manifeste nécessaire, les femmes peuvent apporter une autre manière d’appréhender bien des problématiques, de manière moins cartésienne peut-être… En tant que manager, elles challengent leurs collaborateurs, là où un homme mettrait plus probablement en compétition. Certains diraient que nous sommes souvent maternalistes, je dirais que nous sommes bienveillantes. Certains diraient que nous devons travailler deux fois plus pour prouver notre valeur, c’est vrai, mais je dirais aussi que nous ne nous reposons pas sur nos acquis et travaillons c’est tout .»

#Succès (Une(des) chose(s) dont vous êtes le plus fière) ?

« Je n’ai pas l’impression d’avoir accompli grand chose, si ce n’est d’être vraiment contente de m‘être lancée. J’espère pouvoir être plus bavarde dans cette rubrique dans dix ans 🙂 »  Mais si Rahila fait preuve d’humilité, elle exprime sa fierté d’avoir réussi à évoluer et trouver sa place dans un monde d’hommes occidentaux. Elle le doit aussi à son éducation d’Afrique Noire où les mères savent transmettre et cultiver chez leurs filles la fierté de réussir.

 #Les femmes dans le numérique

« Je n’ai pas assez de recul sur le métier en terme d’années d’expérience, mais je peux néanmoins constater de plus en plus de femmes sur des fonctions techniques en particulier le développement. En revanche il en manque cruellement sur les métiers de l’infrastructure comme la production, l’exploitation, l’ingénierie systèmes. Il en va de même sur les métiers de l’architecture technique ou la direction de projets techniques. Et quand il s’agit de management de transition sur des services techniques le constat est pire. Il y a encore du chemin à faire …Et pourtant les entreprises veulent développer la mixité et recruter des femmes.

Je n’ai encore une fois pas assez de recul pour expliquer ce constat : manque d’initiation pour les jeunes filles ? formatage social ? manque, difficulté dans la recherche d’informations ou d’accompagnement pour celles qui s’y intéressent ? manque d’intérêt tout simplement ?…Je ne sais pas vraiment »

 #ConvictionNumérique

« Osez ! Osez, lancez-vous, affirmez-vous ! Une des conditions est de parler le même langage  Il ne faut donc pas hésiter à poser des questions techniques. Ce n’est pas parce que nous sommes des femmes que nous n’y comprenons rien. Travailler dans le digital ne signifie pas non plus que nous devons être des geeks, connaître tous les termes techniques et tout comprendre de suite, sous peine de manquer de pertinence ou de sérieux dans nos fonctions. C’est une pression que nous nous mettons seules, par soif d’excellence peut-être… (Cela a été le cas pour moi) Pression qui nous amène à douter de nous. Alors plus de doutes allez-y 🙂 Et un conseil, networkez entre femmes, encouragez et soutenez-vous les unes, les autres ! Soyez actrices du changement pour faire bouger les mentalités et préjugés ! »